Fondateurs

Denis Bigras

denisb1

En 2016, j’ai mis en scène avec André Lemelin le spectacle jeunesse Le Château noir. J’y manipule des boîtes de carton pour donner une interprétation visuelle du conte pendant que le conteur raconte avec des mots sa propre version. La première a été montrée lors du Festival de contes et légendes Atalukan (Lac Saint-Jean).

J’ai collaboré à la mise en scène du laboratoire expérimental de contes intitulé Alice à l’Halloween écrit et raconté par André Lemelin, qui a été présenté dans le cadre du Festival interculturel de Montréal (2015) et du Festival de contes et récits de la francophonie de Trois-Pistoles (2016).

À la fin de 2013, j’ai écrit, mis en scène et interprété mon œuvre dramaturgique Chambre 222 ou Folie sur ordonnance avec la collaboration de Mario Duchesneau pour la conception visuelle du spectacle et de Pierre Rannou comme conseiller à la dramaturgie, à la mise en scène et à la direction de jeu.

Au fil des années, j’ai dirigé et collaboré à divers projets artistiques intégrant littérature, arts visuels, musique concrète et théâtre. Après avoir terminé un baccalauréat en Études littéraires et une maîtrise en Art dramatique, mon questionnement s’est développé principalement autour du jeu d’acteur dans des contextes d’interdisciplinarité.

Parmi mes créations : Paysage à la baleine morte ou Pour Louis de Funes  (à partir de textes d’Herman Melville et de Valère Novarina), Courte Épopée entre deux séismes (un texte de Patricia Lamontagne), Obombre (d’Hubert Aquin), Le ravissement du Baron Bison  (montage de textes de Patrick Straram), Portrait d’un naufrage  (d’après Océan mer d’Alessandro Baricco).

J’ai participé à l’écriture de différentes créations dont L’escalier ou les aventures incroyables de Julie Vézina, un conte théâtral co-écrit et raconté avec André Lemelin. J’ai aussi scénarisé un documentaire sur Michel Tremblay et Marie-Claire Blais intitulé Souffles insulaires réalisé par Jean Bourbonnais et diffusé à Télé-Québec. Enfin j’ai travaillé à une production collective intitulée Mobile médiatique qui a été montée en Belgique et finalisée l’installation posthume de Diane Robertson, Voyage vers l’ouest en Allemagne.

Je suis membre du RAIQ (Regroupement des Arts Interdisciplinaires du Québec) et j’ai été récipiendaire au Conseil des Arts du Canada en Inter-arts pour le projet Portrait d’un naufrage.

André Lemelin

andre

● Conteur traditionnelandrelemelin.com

En début de carrière, dans le milieu des années 1990, j’ai tour à tour exploré les contes urbains (avec les musiciens de Zéro de conduite) et les contes traditionnels (avec l’accordéoniste et concepteur sonore Étienne Loranger), pour m’intéresser et approfondir la manière traditionnelle de conter : comment le conteur traditionnel brode-t-il ses histoires sur des canevas en relation avec l’auditoire, improvisant au besoin et choisissant ses contes selon les gens présents et l’environnement dans lequel il évolue ?

● Conteur expérimental, multidisciplinaireandrelemelin.com/alice

Parallèlement à ma pratique de conteur professionnel traditionnel, je n’ai cessé de questionner la spécificité de la « forme » du conte oral et sa matière – la « narration orale figurative linéaire (relationnelle) mémorisée par répétitions » – en explorant la voix, en la filtrant à travers des technologies (processeur vocal, applications numériques, outils analogiques…) et en utilisant divers procédés pour faire basculer la narration de la figuration à la semi-figuration/abstraction.

J’ai reçu des bourses du Conseil des Arts du Canada (2014) et du Conseil des arts et lettres du Québec (2015) pour la création et le développement du spectacle expérimental Alice à l’Halloween, 7 récits contemporains tissés avec 7 contes traditionnels. Le projet explore une manière de conter expérimentale en confrontant les rapports voix / narrations / contenus avec des outils technologiques, en maintenant un lien et une démarche critique avec la manière traditionnelle de conter.

En 2016, suite à l’obtention d’une bourse du Conseil des arts du Canada, j’ai co-scénarisé mon conte Le Château noir pour en faire un spectacle de conte-objets (la rencontre entre le conte traditionnel et le théâtre d’objets) destiné au jeune public où je narre l’histoire pendant que Denis Bigras manipule cinquante boîtes de carton.

En 2017, je réaliserai Nous sommes immortels, où la rencontre entre la narration orale, le corps physique du conteur et l’utilisation d’objets signifiants traversera la thématique de la mort par le biais de 7 personnages factuels.

● Spectacles [année de création]

[2017] Nous sommes immortels (performances artistiques / contes multidisciplinaires), [2016] Le Château noir (conte / théâtre d’objets), [2015] Alice à l’Halloween (laboratoire de contes), [2009] Les petites gences de la grande vie (Hommage à Yves Thériault, maître-conteur, avec Myriame El Yamani, Jacques Pasquet, François Lavallée et Kathia Rock), [2007] Histoires de quêteux, [2006] Ti-Jean a une tête de bois (contes jeunesse), [2005] L’Ankou prend ses vacances en Gaspésie (contes sur la Mort), [2004] La chaise du maréchal-ferrant (d’après le roman de Jacques Ferron), [2004] L’Incroyable Odyssée du Sergent Recruteur (avec Jean-Marc Massie et François Lavallée), [2003] Ça parle aux diables (contes traditionnels), [2000] Jos Gallant, contes d’Abitibi (avec le conteur François Lavallée et l’accordéoniste Étienne Loranger), [1999] Hold-up ! Contes du Centre-Sud (Contes urbains avec les musiciens de Zéro de conduite), [1998] L’escalier ou les aventures incroyables de Julie Vézina (conte jeunesse avec Denis Bigras).

Photographelemelinphoto.com

Mes photographies parlent et partent du réel et témoignent de mon expérience assurément subjective du monde. Il n’est pas question dès lors d’atteindre le beau ou la vérité, mais de raconter à la manière de témoignages oculaires des récits uniques puisés dans l’imparable course du temps (les personnages des récits de mon laboratoire Alice à l’Halloween sont inspirés de mes photographie de rue).

● Parcours

J’ai participé aux Festival interculturel du conte du Québec (Montréal), Festival des contes de la Gamacherie (Norbertville), Festival de contes et récits de la francophonie de Trois-Pistoles, Les jours sont contés (Sherbrooke), Festival des Contes Maltés (Val-David), Festival de contes et légendes Atalukan (Saguenay-Lac-Saint-Jean), Festival du conte et de la légende de l’Innucadie (Natashquan), Festival des contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue (Val-d’Or), Mémoire et Racines (Joliette), Festival de musique traditionnelle La Virée (Carleton), La Nuit internationale du conte en Acadie (Nouveau-Brunswick), La Grande Rencontre (Montréal), Montréal en Lumière (Montréal)…

J’ai j’ai pris part aux Dimanches du contes, Les Contes des Mardis-Gras et le Cercle des conteurs (Montréal), Les Soirées Contes et Légendes (Québec), Les soirées de contes du Rhinocéros (Rimouski), Contes… à recevoir (Valcourt), Contes et légendes du Jardin (St-Eustache)…

J’ai également participé à plusieurs événements littéraires et artistiques : salons du livre de Québec, Montréal, Sherbrooke, Hull…, Bibliothèque nationale du Québec, Nouveau théâtre expérimental… ; j’ai aussi narré mes histoires à la radio et à la télévision.

* * *

J’ai été actif en tant que producteur culturel en lançant le Festival de conte De Bouche à Oreille, le Festival Voix d’Amériques, les éditions Planète rebelle… et j’ai co-fondé les Mardis-Gras, soirées de conte, Les dimanches du conte, la revue de poésie Exit…

J’ai conçu, programmé et aménagé la bibliothèque virtuelle de contes touslescontes.com.

Je suis membre du l’Union des écrivains du Québec (UNEQ), du Regroupement du conte au Québec (RCQ), du Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ), et je fais partie du programme La culture à l’école du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

J’ai complété un baccalauréat en arts visuels à l’Université Laval et une maîtrise en philosophie à l’UQÀM.

Je me suis mérité des bourses de création, de déplacement et/ou de résidence (Bogotá, Colombie) au Conseil des arts et des lettres du Québec et au Conseil des Arts du Canada.

J’ai notamment publié Le Château noir (Les aventures de Pollux et d’Optimus) au printemps 2016 chez Planète rebelle et Jos Gallant et autres contes inventés de l’Abitibi, livre-CD…

Denis-F. Doyon

photo_profil-e1422159296995Né en Beauce, Denis-F. Doyon écrit depuis l’adolescence. Les premiers poèmes tourmentés ont rapidement fait place à un journal philosophique qui comportera pas moins de deux mille pages et au fil duquel il acquiert une maîtrise de sa langue. Après une formation scientifique universitaire, deux recueils de poèmes vont suivre, ainsi qu’un premier roman, « Ravages », qui ne se rend pas jusqu’à la publication mais prépare le terrain pour un suivant. S’ensuit la rédaction d’un second roman plus ambitieux, « Sale temps pour être jeune ! », qui sera lui publié quelques années plus tard par les éditions Planète Rebelle et obtiendra d’élogieuses critiques.

En dehors de ses activités professionnelles, en informatique principalement, c’est dans un blogue que Denis-F. Doyon libère une plume acérée, critique, humoristique, attendrie ou parfois révoltée et toujours jumelée à un grand sens de l’observation et une sensibilité écorchée. Le blogue de Coyote inquiet abrite aussi un troisième roman, que l’auteur publie cette fois directement en ligne. Mais le roman « Six heures d’avance sur son karma » est mis en veilleuse quand le blogue sera interrompu par un retour à des études supérieures en communication, profil médias interactifs, au terme duquel Denis-F. Doyon présente pour mémoire une plateforme de création littéraire collaborative – Wikifiction. Les années suivantes, sa plume servira principalement l’ensemble de ses activités professionnelles en communication et sa créativité donnera plutôt naissance elle à des projets web, tel les plateforme et communauté de questions et réponses Wikidee.net.

Territoire 9 offre à Denis-F. Doyon un nouveau terrain de jeu et d’exploration dans lequel laisser aller sa créativité et son originalité. En plus de travailler sur une remise en ligne de sa plateforme collaborative, Denis-F. Doyon travaille à un nouveau projet de littérature numérique, Babel Qc, dont la mise en ligne ne saurait tarder.