Objets-contés

André Lemelin nomme ses contes-performances « Objets-Contés » par antiphrase à leur immatérialité ; d’une durée de ± 10 minutes, ils sont des rencontres, collisions, éventualités, situations entre le conte oral et la performance artistique dans un espace médiatique.

Les Objets-Contés se veulent une brèche dans le conte québécois qui tourne autour du conte traditionnel, du conte théâtralisé et du récit exagéré (menterie).

Le paradigme du conteur s’enracine dans les pratiques des arts visuels, des avant-gardes à l’art contemporain. Son leitmotiv s’inspire d’une thèse de l’esthétique du philosophe Theodor W. Adorno (que je reprends toutefois fragmentairement) : « la forme qui est donnée au contenu est elle même un contenu sédimenté ».

Objet-Conté #02 – Florine (7:40)
Présenté aux Contes en chute libre le 22 février 2020

Je présente au public un iPad qui diffuse une vidéo où je raconte un conte traditionnel (sans son), pendant que 2 projecteurs montrent des publicités vidéos et des bandes-annonces de films reliées à la prévention de la violence faite aux enfants, dont des parties sonores ont été élaguées. Le texte du conte Florine apparaissant sur les écrans est la version recueillie à Esconnets-de-Lannemezan (Hautes-Pyrénées), de la Revue des traditions populaires, 1902.